01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

A la foire au safran de Preuilly-sur-Claise

 

Jean-Marie Beffara est allé samedi 18 férier à la rencontre d’artisans passionnés à la Foire au Safran de Preuilly sur Claise où il a pu découvrir ou redécouvrir leurs produits.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Rencontre avec les élus d’Azay-sur-Indre

Vendredi 17 février, Jean-Marie Beffara était à Azay-sur-Indre où il a rencontré le maire Jean Jacques MEUNIER et une partie de son conseil municipal afin d’évoquer les futurs projet de la commune. Cette rencontre s’est conclue au Relais d’Azay où il a partagé un moment de convivialité avec les élus et Marisol Touraine.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Au chantier de rénovation du clocher de l’abbatiale de Beaulieu-lès-Loches

 

Jean-Marie Beffara a visité vendredi 17 février le chantier de rénovation du clocher de l’abbatiale de Beaulieu les Loches. Chantier financé en majorité par la DRAC, il a bénéficié du soutien de la reserve parlementaire 2017 du député.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Visite de l’EHPAD et de la MSP de Villeloin Coulangé

 

Jean-Marie Beffara était vendredi 17 février à Villeloin-Coulangé où il a visité la maison de service public (MSP) et l’Ehpad « Les Baraquins » aux côtés de Marisol Touraine.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Visite à Emmaüs Touraine à Esvres

 

Jean-Marie Beffara était vendredi 17 février à Esvres-sur-Indre où il rencontré les compagnons d’Emmaus dans les locaux de l’association.
À cette occasion, Marisol TOURAINE a annoncé que le financement nécessaire à la poursuite des travaux de la construction de dix-huit chambres de la pension de famille serait assuré.  93 440 euros à partir du mois de mai 2017 et 116 000 euros à partir de l’année 2018 viendront abonder les finances d’Emmaüs Touraine pour faire fonctionner les 24 places de la pension.

C’est un engagement fort qui est ainsi tenu!

Retrouvez l’article que La Nouvelle République consacre à cette visite en cliquant ici.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Hommage aux gendarmes décédés en service

 

Jean-Marie Beffara était jeudi 16 février à la cérémonie d’hommage aux militaires de la gendarmerie décédés en 2016 dans l’accomplissement de leur devoir.

 

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Adoption de la loi « Egalité Réelle Outre Mer »

 

La loi « Egalite Réelle Outre-Mer » a été adoptée ce matin dans l’hémicycle. Outre des avancées sociales, éducatives ou encore concernant la lutte contre l’habitat indigne, elle comporte une avancée historique en matière de reconnaissance des victimes des essais nucléaires français dans le Pacifique.

Durant de longues années, l’État français n’assumait pas sa responsabilité dans les conséquences des essais lui ayant permis de s’équiper d’un arsenal nucléaire. C’est François Hollande qui en février 2016 avait officiellement reconnu que les essais avaient eu un « impact environnemental » et « provoqué des conséquences sanitaires ». Il s’était à ce titre engagé à élargir les conditions d’indemnisation des victimes des essais nucléaires. Ce fut chose faite par un décret signé par Marisol Touraine puis par une inscription définitive dans ce projet de loi.

Mais de nombreux dossiers restaient exclus du processus, en vertu du « risque négligeable » que pouvait constituer le lien entre la maladie et les essais.

Les députés se sont donc mobilisés et ont voté la suppression de cette notion de « risque négligeable » dans les procédures d’indemnisation. Cela va permettre à tous nos concitoyens exposés, civils comme militaires, habitants de Polynésie comme métropolitains, de faire reconnaitre pleinement leurs droits.

Jean-Marie Beffara se réjouit que son vote ait permis la reconnaissance des justes revendications des victimes des essais nucléaires.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Vsite du plateau technique « ABO+ » à Chambray-lès-Tours

 

Lundi 6 février, Jean-Marie Beffara a visité le plateau technique du laboratoire d’analyses médicales « L’ABO+ » situé à Chambray-Les-Tours où sont analysés et traités 4000 prélèvements par jour. L’occasion d’échanger avec les responsables sur leur activité.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

La majorité agit pour les retraites agricoles

Jeudi 2 février a été adopté en première lecture dans l’hémicycle la proposition de loi « visant à assurer la revalorisation des pensions de retraites agricole en France continentale et dans les outre-mer ».

Ce texte vient compléter de nombreuses mesures visant à augmenter les revenus des retraités agricoles prises par la gauche.

Le Gouvernement de Lionel Jospin avait permis des avancées très importantes pour les retraités agricoles : revalorisation globale des montants des pensions, création du statut de conjoint collaborateur et mise en place d’un régime de retraite complémentaire visant à garantir un niveau de pension égal à 75% du SMIC pour une retraite complète.

Sous la précédente majorité, cette question a été largement ignorée par la droite et les retraites agricoles sont repassées sous le seuil de 75% du SMIC, après plusieurs années défavorables en matière de revalorisation des pensions.

Au cours des cinq dernières années, de nombreuses mesures on été votés pour augmenter les revenus des agriculteurs français et ce, dans un contexte budgétaire pourtant contraint : Pension minimale égale à 75% du SMIC net garantie à partir de 2017 pour une carrière complète (230 000 personnes ont d’ores et déjà bénéficié d’un complément de points pour un gain annuel moyen de 300 euros), amélioration des droits des conjoints survivants, attribution de points gratuits aux personnes invalides ayant cessé leur activité…

L’ensemble de ces mesures représente environ 900 millions d’euros de pouvoir d’achat pour un gain moyen annuel de 672 euros.

Le texte voté hier va encore plus loin. Il vise à garantir un niveau minimum de pensions à 85% du SMIC à l’ensemble des retraités relevant du régime agricole et de nouvelles recettes pour le financement du régime des non-salariés agricoles dès le 1er janvier 2018. Cela concerne 320 000 personnes pour un gain de pouvoir d’achat supplémentaire de 350 millions d’euros. Le calendrier législatif ne permettra pas à ce texte d’aller au bout de son parcours. Il appartiendra à la prochaine majorité de s’en saisir.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale

Rencontre avec les chefs d’entreprise du Sud Touraine au sujet de la sécurité de la D943

La Nouvelle République rend compte vendredi 3 février de l’entrevue que j’ai eu avec les chefs d’entreprises du Sud Touraine jeudi 2.

Je souhaite apporter une petite précision au contenu de cet article :

La Région n’a apporté aucun crédits au volet routier du CPER, seul l’Etat a participé au cofinancement des travaux routiers. C’est donc une partie de ces crédits d’Etat (50 millions d’euros sur l’ensemble du programme) qu’il aurait été possible de flécher sur l’axe Tours-Châteauroux s’il était resté route nationale.
D’autre part, l’identification d’intérêt régional pour cet axe doit se faire dans le cadre de l’élaboration du schéma SRADDET. C’est à cette future élaboration que je faisais référence et non à celle du budget.

Vous trouverez l’article de la Nouvelle République en cliquant ici, ainsi que le courrier que j’adresse à François Bonneau en cliquant ici.