Archives pour juillet, 2014

Image-Communiqué-de-presse-64x641

Je n’ai pas voté la réforme territoriale : voici pourquoi

Communiqué de presse

Cet après-midi avait lieu à l’Assemblée Nationale le vote en première lecture du texte de loi  sur la réforme territoriale. Député de l’Indre et Loire et premier vice-président de la Région Centre, je me suis abstenu.

Réformer les territoires pour réformer la France, telle est en effet l’ambition de la réforme territoriale. Moderniser pour remettre en mouvement, unir pour atteindre des tailles critiques à l’échelle européenne, et clarifier pour être plus efficace dans l’allocation des ressources publiques.

En maintenant dans leurs limites actuelles les régions Bretagne, Centre et Pays de la Loire, c’est tout l’ouest de la France qui est tenu à l’écart du souffle réformateur indispensable pour relancer notre pays.

Convaincu de la pertinence de cette réforme, j’ai porté, avec d’autres députés socialistes de la région, le projet de fusion des régions Centre et Pays de la Loire.

La carte aurait été ainsi ramenée à 12 régions, avec une région « Val de Loire » forte de près de 6 millions d’habitants et de 170 milliards d’€ de PIB. Parallèlement, une réflexion sur le devenir de la région Bretagne et sur le nécessaire renforcement de son périmètre et de ses moyens d’action aurait achevé la constitution de deux régions fortes et complémentaires dans l’ouest de la France.

Je n’ai donc pas voté ce texte imparfait, incomplet et inachevé.

A l’heure où toutes les régions sont en mouvement, j’en appelle à l’égalité républicaine : la réforme territoriale ne sera ni efficace ni légitime si des territoires en sont tenus à l’écart.

Aux cours des semaines qui viennent je porterai avec les élus des trois régions actuelles qui le veulent ces exigences pour bâtir cette douzième région à l’ADN ligérien. Cette évolution devra s’accompagner d’une modernisation du droit d’option des départements et de la poursuite de coopérations renouvelées avec une région Bretagne renforcée.

La France sera plus forte avec douze grandes régions !

 

logo-AN2-64x641

Réforme territoriale : mon intervention dans l’hémicycle

 

A l’occasion du débat sur la réforme territoriale, j’ai défendu un amendement visant à fusionner la Région Centre et la Région Pays de la Loire.

Retrouvez ci-dessous la vidéo de mon intervention (entre 9 minutes 25 et 14 minutes 38) :

 


Réforme territoriale_Intervention de Jean-Marie… par JeanMarieBEFFARA

 

Retrouvez la retranscription de mon intervention au format pdf en cliquant ici.

 

RC_logo_2006

Fusion Centre-Pays de la Loire : l’amendement rejeté, mais une idée qui progresse.

J’ai, avec les députés  socialistes de la Région Centre, à l’occasion de l’examen en première lecture du projet de loi sur la réforme territoriale, déposé et défendu un amendement afin de proposer la fusion entre la Région Centre et la Région Pays de la Loire afin de créer une vaste Région Val de Loire.

Cet amendement n’a pas été adopté mais a permis de poser le débat du devenir des 3 Régions laissées seules dans la proposition de nouvelle carte des régions adoptée par l’Assemblée Nationale.

Cette proposition a néanmoins été soutenue par l’ensemble des députés socialistes de la région Centre, par le groupe Europe Ecologie Les Verts et par plusieurs députés de l’opposition.

A l’évidence, la présence de trois Régions contiguës isolées (Bretagne, Pays de Loire et Centre) présente une anomalie au regard de l’objectif du gouvernement de constituer des régions dont la taille et la capacité d’action doivent se trouver renforcées  après  la réforme.

J’ai insisté sur le fait que cette situation, si elle ne présente pas de difficultés insurmontables pour chacune des trois Régions, prive la France d’une ou deux Régions plus puissantes qui pourraient naître d’une recomposition à imaginer au sein de ce vaste territoire.

L’idée doit faire son chemin. La mobilisation des élus de ces territoires, au delà des clivages partisans, doit se poursuivre pour dépasser le statut quo proposé. Tout est à mon sens question de temps et de volonté.

Image-Communiqué-de-presse-64x64

Carte régionale – Déclaration des députés PS de la Région Centre

Communiqué

Hier matin, le groupe socialiste a débattu de la réforme territoriale. Nous prenons acte de la carte proposée mais nous déplorons que notre Région ne soit plus associée au processus.

Cet après-midi, l’Assemblée nationale va commencer l’examen en séance publique du projet de loi.

Après échange avec François BONNEAU, nous rappelons que la région Centre souhaite pleinement participer aux objectifs de la réforme territoriale (rationalité, efficacité…).

Aussi, nous proposerons par amendement, un rapprochement avec les Pays de la Loire afin de poursuivre le long de ce grand fleuve français la dynamique économique, touristique et culturelle déjà engagée de part et d’autres.

Le cœur de France souhaite s’ouvrir et participer aux progrès économiques et sociaux de cette réforme majeure du quinquennat.

Laurent BAUMEL, député d’Indre-et-Loire, Jean-Marie BEFFARA, député d’Indre-et-Loire Isabelle BRUNEAU, députée de l’Indre, Jean-Paul CHANTEGUET, député de l’Indre, Valérie CORRE, député du Loiret, Jean-Patrick GILLE, député d’Indre-et-Loire, Denys ROBILIARD, député du Loir-et-Cher

LogoArtannes

Rencontre avec les élus d’Artannes-sur-Indre

J’ai rencontré les élus du nouveau conseil municipal d’Artannes-sur-Indre lundi 7 juillet afin d’échanger librement sur les réformes actuelles (rythmes scolaires, réforme territoriale,etc.), les projets de la commune comme la rénovation énergétique des bâtiments publics, et les aides financières envisageables.

 

Cliquez ici pour consulter l’article paru dans la NR.

IMG_0528

Les 10 ans du RAMEP!

 

 

Samedi 5 juillet, la communauté de communes du Val de l’Indre a fêté les 10 ans du relais d’assistantes maternelles enfants- parents (RAMEP) à l’école Beaumer de Monts. A cette occasion, les parents et les enfants ont pu découvrir et profiter des activités proposées tout au long de l’année par les assistantes maternelles du territoire. Aux côtés de Valérie Guillermic, maire de Monts, j’ai pu apprécier la qualité et la diversité des animations présentées par Françoise Eber-Muller, coordinatrice petite enfance à la CCVI.

 

Cliquez ici pour consulter l’article paru dans la NR.

Image-Communiqué-de-presse-64x64

Hausse de la rémunération des diffuseurs de presse

Communiqué de presse

Hausse de la rémunération des diffuseurs de presse :

une décision pour le développement et la modernisation de la filière

 

Le Conseil supérieur des messageries de presse a adopté mardi 1er juillet un accord stratégique majeur pour l’avenir du secteur de la diffusion de la presse. Par cette  décision, éditeurs, messageries et diffuseurs sont entendus sur une augmentation de la rémunération des marchands de journaux.

Je tiens à saluer cette hausse prochaine des commissions perçues par les diffuseurs de presse : jusqu’ici parmi les plus faibles d’Europe, à quelque 17,7%, celles-ci seront désormais majorées de 2,5 points sur trois ans, pour atteindre jusqu’à 20,2% du prix des ventes.

Comme je le mentionnais à l’automne dernier dans mon rapport budgétaire pour la loi de finances pour 2014, la situation des diffuseurs de presse s’est dégradée ces dernières années et a amené de nombreux points de vente indépendants à fermer leurs portes. J’appelais également à une revalorisation de la rémunération, estimant que les marges consenties par les éditeurs apparaissaient insuffisantes.

Par le service commercial de proximité qu’ils proposent, essentiel au maintien de la vitalité de nos communes, les marchands de journaux demeurent des vecteurs centraux du développement de nos territoires. Afin de soutenir cette filière, de préserver son rôle social auprès des Français et de permettre un renouvellement générationnel de la profession, cet effort doit se poursuivre dans les années à venir.

Cette revalorisation de la rémunération des diffuseurs de presse doit être l’occasion de moderniser l’activité des journaux pour affronter les évolutions du secteur de la presse papier et proposer des services adaptés aux attentes des lecteurs, pour que la presse demeure un bien d’information public accessible à tous.