Archives pour avril, 2015

logo RCVL

Cap’Asso à la Forteresse du faucon noir!

Lundi 20 avril a été signé entre la Région Centre-Val de Loire et l’association de la Forteresse du faucon noir une convention « CAP’Asso »,dispositif d’aide à l’emploi associatif.

Cette aide a permis l’embauche de Nicolas Cirotte qui est chargé du développement touristique de la forteresse de Montbazon.

 

Retrouvez l’article NR paru à cette occasion en cliquant ici.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Rencontre avec les élus de Saint-Jean-Saint-Gemain

 

Jean-Marie Beffara était vendredi 17 avril à la rencontre des membres du Conseil municipal de Saint-Jean-Saint-Germain pour évoquer l’actualité de la commune et les projets à venir.

Retrouvez l’article de la Nouvelle République qui revient sur cette rencontre en cliquant ici.

logocentrevdl_1993492

Signature d’un « Cap Asso » avec le club de handball de Veigné

 

Jean-Marie Beffara a signé un contrat « Cap Asso » avec le club de handball de Veigné ».

La Région Centre-Val de Loire soutient ainsi la création d’un poste permettant le bon fonctionnement et le développement de l’association qui compte 220 licenciés.

Ce sont ainsi près de 4 000 contrats que la Région soutient grâce à ce dispositif au service de l’emploi et des territoires.

Consultez l’article de la Nouvelle République en cliquant ici.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Le Gouvernement s’engage pour le numérique

Devant les insuffisances de la couverture de nombreux territoires en téléphonie mobile, le Gouvernement a engagé un plan d’action visant à répondre à une revendication légitime d’accès à un réseau de qualité sur tout le territoire.

Alors que les usages liés au téléphone portable n’ont cessé de croître, rien n’avait été entrepris pour répondre aux besoins des territoires ruraux depuis la fin des années 2000. En effet, si 99% de la population est couverte en 3G et 70 % en 4G, ces chiffres masquent des inégalités, qui se répercutent sur l’attractivité de zones entières.

Plusieurs mesures ont ainsi été annoncées :

- Avant fin 2016, les 170 communes non couvertes par la 2G seront desservies.

- Les opérateurs n’ont pas respectés les obligations de l’accord signé en 2010. En conséquence, 2 900 communes ne sont toujours pas couvertes en 3G. Ils seront donc contraints de respecter ces obligations pour une application effective au plus tard pour mi-2017.

- Un guichet couverture mobile sera créé à l’Agence du Numérique pour permettre à l’État d’accompagner financièrement des collectivités pour compléter localement les couvertures défaillantes sur un quartier, un équipement…

- La couverture à l’intérieur des bâtiments sera améliorée en encourageant la diffusion à moindre coût par les opérateurs de modules de connexion interopérables.

Ce volontarisme est le même que celui qui guide le déploiement du très haut débit (THD) pour le raccordement des services publics et des entreprises. A ce jour, 71 projets de THD couvrant 84 départements sont mis en place.

Mais le déploiement des réseaux doit s’accompagner de la possibilité de se servir des nouvelles technologies numériques. 10 000 lieux d’accueil et d’animation et un « fonds des solidarités » seront mis en place dans toute la France pour accompagner ceux qui n’ont pas la maîtrise des outils numériques.

Le Gouvernement fait ainsi du numérique un axe fort de son action au service de tous les territoires et de tous les français.

Capture-d’écran-2015-03-17-à-16.53.25-300x207

La transition énergétique à Loché-sur-Indrois

 

Loché-sur-Indrois, en choisissant la géothermie et l’isolation de l’école et de la mairie, économise 10 000€ chaque année en améliorant le confort des élèves et des usagers de la mairie. Ce chantier contribue au soutien de l’économie locale et améliore les marges de manœuvre de la commune.
La Région Centre-Val de Loire a cofinancé ce beau projet au service de la ruralité et de l’avenir.

J’ai signé la convention d’attribution de la subvention à la commune le 3 avril dernier.

Retrouvez l’article qu’y consacre la Nouvelle République en cliquant ici.

Le combat pour nos valeurs continue!

Nous venons de vivre une lourde défaite avec la perte du Conseil Général de l’Indre-et-Loire. Alors que les cœurs sont encore lourds j’adresse à tous les candidats, militants et sympathisants, mes remerciements pour les campagnes qu’ils ont menées sur notre territoire.

Notre engagement et nos combats ne sont pas vains : lutter dans l’adversité c’est lutter pour l’honneur de la gauche et pour le respect de nos électeurs. C’est affirmer, dans l’échec comme dans la victoire, que les valeurs que nous portons nous transcendent.

Je veux dire, avant même de débuter les analyses politiques, qu’il y aura d’autres victoires à gauche parce que le combat pour l’égalité et la solidarité n’est jamais achevé.

Quelles conclusions tirer de notre échec collectif ?
Tout d’abord le piège mortel de la division : unis nous pouvions garder le Conseil Général. La droite tourangelle l’a compris et a réglé la plupart des dissidences internes avant le premier tour. Nous n’avons pas su le faire. Nos partenaires traditionnels ont quant à eux adopté une autre stratégie. Chacun tirera les conséquences au regard des résultats obtenus. Pour ma part je remarque qu’unis nous aurions pu nous maintenir dans la plupart des cantons dans des triangulaires. Je remarque aussi que les consignes alambiquées de nos alliés entre les deux tours ont dissimulé –parfois très mal- la volonté de nous faire perdre.

Ensuite, l’absence de résultats tangibles de la politique nationale sur l’emploi et le pouvoir d’achat a démobilisé une partie de notre électorat. Il nous appartient désormais d’adapter nos politiques publiques pour en accroître les effets sur les classes moyennes et les classes populaires.
Enfin, la grande porosité entre les électorats de droite et d’extrême-droite a contribué à la victoire de la droite. Les reports républicains des électeurs de gauche sur les binômes UMP-UDI ont fonctionné lors des duels contre le FN. Si les électeurs de gauche ont fait barrage au FN, la réciproque n’est pas vraie, le résultat sur le canton de Langeais en témoigne.

L’heure est à la mobilisation. Les victoires de demain se construisent aujourd’hui : nous aurons besoin de tout le monde.