Assemblée nationale

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Question à Clotilve Valter sur le lancement du nouvel acte de la simplification

Jean-Marie Beffara a interrogé lors des questions d’actualité au Gouvernement (QAG) mercredi 3 février Clotilde Valter, Secrétaire d’État chargée de la Réforme de l’État et de la Simplification au sujet du lancement d’un nouvel acte de la simplification :

 

 


Question de Jean-Marie Beffara à C… par JeanMarieBEFFARA

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Voeux du centre hospitalier de Loches

 

Jean-Marie Beffara a participé vendredi 22 janvier à la cérémonie des vœux du centre hospitalier de Loches. Cet évènement fut l’occasion de rencontrer le personnel soignant et d’échanger avec eux sur leur quotidien.

 

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Cérémonie des voeux de Jean-Marie Beffara à Tauxigny

 

 

Vendredi 15 janvier, Jean-Marie Beffara a présenté ses vœux aux nombreuses personnes réunies à « La Corbeille du Bois Joly » à Tauxigny aux côtés de Marisol Touraine.

 

Retrouvez l’article de la Nouvelle République qui revient sur cette manifestation en cliquant ici.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Adoption de la loi Santé à l’Assemblée nationale

Le projet de loi de modernisation de notre système de santé a été adopté mardi à l’Assemblée nationale. Ce texte majeur porté par Marisol Touraine améliore la santé des français par des mesures concrètes en développant la prévention, la médecine de proximité et le développement des droits des patients.

Développer la prévention, cela implique de mettre l’accent sur des priorités claires en s’attaquant aux principaux risques pour la santé : le tabac, l’alcool, l’obésité et le diabète. Ce texte améliore l’information nutritionnelle, alors que l’alimentation est à l’origine d’inégalités importantes (les ouvriers comptent 10 fois plus d’enfants obèses que les cadres). Il protège les jeunes des ravages de l’alcool en sanctionnant l’incitation à la consommation excessive et lutte activement contre le tabagisme : paquets neutres, interdiction de fumer en voiture en présence d’enfants, meilleur remboursement du sevrage…

La loi développe la pratique des tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) et des autotests de dépistage des maladies sexuellement transmissibles. Elle permet aussi l’expérimentation pendant six ans des « salles de consommation à moindre risque », espaces supervisés par des professionnels assurant aux usagers de drogues injectables des conditions d’hygiène et leur permettant de recevoir conseils et aides.

Elle renforce l’accès aux soins pour tous. Mesure phare du texte, la généralisation progressive du tiers payant d’ici 2017 est une mesure de justice sociale qui garantit le paiement et la simplicité aux professionnels de santé. Pour soutenir les droits des plus précaires à se soigner, la loi prévoit d’étendre le bénéfice des tarifs sociaux pour les lunettes, les prothèses auditives et les soins dentaires. Un numéro national unique permettra d’être mis en relation avec un médecin de garde quelle que soit l’heure et le lieu.

Ce texte engage également le « virage ambulatoire » que les professionnels demandent depuis longtemps. Vraie révolution, le parcours de santé placera le patient au centre du système de prise en charge : des « communautés professionnelles territoriales de santé » piloteront des projets médicaux de territoires pour faciliter et mieux organiser les parcours des patients.

Enfin, ce texte accorde de nouveaux droits concrets destinés à changer le quotidien des français : création d’un droit à l’oubli pour les anciens malades du cancer et d’autres pathologies lourdes, création de l’action de groupe en santé, suppression du délai de réflexion pour l’IVG, lutte contre les refus de soins, fin de la discrimination envers les homosexuels pour le don du sang, droit pour le concubin ou le partenaire de PACS d’une personne décédée d’avoir accès à son dossier médical.

Il prend enfin des mesures fortes pour faire progresser la démocratie sanitaire, comme l’ouverture des données de santé et l’association des usagers au fonctionnement de l’ensemble des agences sanitaires. Enfin, le projet de loi assure la transparence totale des liens d’intérêts entre médecins et industries de santé, en imposant la publication des rémunérations reçues par ces derniers et en instaurant la désignation d’un déontologue au sein de chaque agence sanitaire.

Les 57 articles de ce texte sont un véritable progrès pour l’amélioration de la santé de nos compatriotes et pour leur accès aux soins de la manière la plus rapide et la plus efficace possible. Ils sont un acte politique fort et un texte résolument ancré à gauche.

Le texte sera examiné par les sénateurs à partir du 9 décembre en séance avant de revenir à l’Assemblée pour une adoption définitive.

La totalité des mesures de ce texte est consultables à cette adresse : http://www.gouvernement.fr/action/la-loi-de-sante

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Modification de la loi Evin au cours de l’examen du projet de loi Santé

Un article assouplissant la loi Evin a été voté mardi soir lors de l’examen du projet de loi Santé à l’Assemblée nationale.

J’ai voté contre cet article, introduit par des sénateurs au cours de l’examen au Parlement et qui ne faisait pas partie du texte originel déposé par le Gouvernement.

La modification de la loi Evin ne me parait pas opportune à l’occasion de l’examen d’un texte qui a pour objectif le développement de la prévention et la préservation de la santé des français.

En effet, l’équilibre de la loi Evin ne me semble pas devoir être remis en cause, au vu des dégâts que cause l’alcool chaque année dans notre pays : 48 000 morts et de nombreuses familles confrontées à des drames quotidiens.

De plus, les nombreux articles de presse publiés au cours des derniers mois n’ont pas été empêchés par la loi. Si certains articles sont été condamnés par le passé, comme l’argumentent les défenseurs de cet article, leur nombre est extrêmement limité (cinq en vingt-cinq ans). Aucun n’a été condamné sur son seul contenu rédactionnel : soit le message sanitaire obligatoire n’apparaissait pas, soit l’article ne décrivait pas le produit dans des termes objectifs, soit l’article comportait des visuels trop incitatifs.

Enfin, la loi Evin n’est en rien incompatible avec la consommation d’alcool et ne remet pas en cause le plaisir de boire un verre de vin. Cette loi n’a pas empêché la Touraine de s’affirmer comme une grande région viticole qui exporte à l’international et n’a pas freiné la création de routes des vins, de musées et de caves de dégustation indiquées sur le bord des routes…

La découverte et la promotion de l’oeno-tourisme ne sont pas incompatibles avec la mise en place d’une politique de santé publique et n’ont pas été empêchées par l’application actuelle de la loi Evin.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Rencontre avec les équipes de Auchan Chambray et avec les commerçants de « Chambray Grand Sud »

 

Jean-Marie Beffara a rencontré lundi 23 novembre l’équipe du Auchan de Chambray-les-Tours dont son nouveau directeur, Benjamin Chevassut.

Cette visite fut l’occasion d’aborder les questions de l’emploi au sein de la grande distribution.

La discussion s’est ensuite prolongé avec les membres de l’association de commerçants « Chambray Grand Sud » qui ont font part au député de leurs expériences et des problématiques auxquelles ils peuvent être confrontés.

logocentrevdl_1993492

Rencontre avec les associations acteurs de l’emploi en Val de l’Indre

 

 

Jean-Marie Beffara était vendredi 20 novembre à Montbazon à un petit-déjeuner avec les associations PISE et ATS, acteurs incontournables de l’emploi sur le Val de l’Indre.

2 conventions CAP´ASSO ont été signées à cette occasion pour pérenniser leurs actions contre le chômage des jeunes et de longue durée.

 

La Nouvelle République consacre un article à cette signature : consultez le en cliquant ici.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale

Intervention en commission des finances lors de l’audition de Mathieu Gallet, PDG de Radio France

 

 

Mathieu Gallet, Président Directeur Général de Radio France a été auditionné mardi 17 novembre par la commission des finances  à l’Assemblée nationale. Les députés ont interrogé Mathieu Gallet sur le rapport d’exécution  2014 du contrat d’Objectif et de Moyens du groupe.

 

Retrouvez ci-dessous l’intervention de Jean-Marie Beffara  à cette occasion :

 

 

 

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

« Le terrorisme ne détruira pas la République française car c’est la République qui le détruira. »

Le Président de la République s’est exprimé hier devant le Congrès à Versailles pour évoquer la détermination de notre pays à ne pas plier face au terrorisme. Si la France a été touchée au cœur lors de ces attentats ignobles, elle ne cèdera pas à la peur et saura repousser ces attaques sans se départir de ses valeurs.

Le soir même de ces lâches attentats, le rétablissement immédiat des contrôles aux frontières et la proclamation de l’état d’urgence étaient décidés. En complément de ces mesures d’urgence, François Hollande a fait plusieurs annonces pour doter la France de moyens matériels, humains et d’un arsenal législatif adaptés à cette situation.

Ainsi, 5 000 emplois supplémentaires de policiers et gendarmes seront créés d’ici 2 ans, soit 10 000 emplois de plus sur l’ensemble du quinquennat rétablissant ainsi les effectifs au niveau de 2007. Dans l’administration pénitentiaire 2 500 postes seront créés et 1 000 postes le seront pour les douanes. Il n’y aura aucune diminution d’effectif dans la Défense d’ici 2019.

Face à cette guerre d’un genre nouveau, notre droit doit être révisé au vu de l’évolution des menaces et des technologies. Les juges anti-terroristes doivent pouvoir accéder à tous les moyens à leur disposition, avoir un accès large aux moyens d’enquête contre le trafic d’armes et prononcer des peines significativement alourdies. La question de la légitime défense des policiers et de l’usage de leurs armes devra également être étudiée dans le cadre de l’état de droit.

Ainsi, un projet de loi sera soumis jeudi au Parlement sur la prolongation de l’état d’urgence pour trois mois. Il sera proposé d’adopter un régime juridique complet pour l’assignation à résidence et les perquisitions administratives afin de prévenir la commission de nouveaux actes terroristes.

Le Président de la République a en outre annoncé vouloir doter la France d’un régime constitutionnel « d’état de crise », dans le respect de l’état de droit. Le Parlement devra se prononcer sur une révision constitutionnelle pour adapter notre constitution à la menace terroriste actuelle.

D’autres mesures exceptionnelles devront être prises dans un futur proche, sans compromettre l’exercice des libertés publiques. La déchéance de la nationalité française des individus possédant une deuxième nationalité pourrait être permise, l’entrée sur le territoire à un binational de retour du djihad s’il présente un risque terroriste sera interdite, les étrangers qui représentent une menace très grave doivent pouvoir être expulsés.

Dans ce combat, la France n’est pas seule. Au nom de l’article 42.7 du traité de l’Union, le ministre de la   Défense a appelé les Etats membres à la solidarité et à leur assistance. Ce matin, ces derniers ont exprimé unanimement leur soutien à la France et leur disposition à apporter l’assistance requise. Il est vital que l’Europe accueille dans la dignité ceux qui relèvent du droit d’asile mais il faut une protection effective des frontières extérieures. Un Conseil des ministres de l’Intérieur se réunit vendredi à la demande de la France : elle demandera des mesures pour lutter contre le trafic d’armes, mettre en place des contrôles coordonnés et systématiques aux frontières intérieures et extérieures de l’Union, approuver avant la fin de l’année le PNR européen permettant la transmission d’informations.

Enfin, l’action de la France en Syrie contre Daesh est renforcée. Une intensification sans délai des frappes a été décidée, le Charles-de-Gaulle appareillera jeudi pour tripler nos capacités d’action et le soutien à l’opposition anti-Daech va être augmenté. Une grande et unique coalition, plus efficace, doit voir le jour. Le président de la République rencontrera prochainement à cette fin les présidents Obama et Poutine.

Ces attentats ont visé la France qui aime la vie, le plaisir et la fête. Ce qu’ont attaqué ces terroristes, ce sont les valeurs rappelées par la déclaration des droits de l’homme et une France ouverte au monde. Il nous faut affronter avec courage les épreuves à venir et rester unis et déterminés. Les annonces du Président de la République témoignent de la conscience qu’a le Gouvernement du danger et du besoin d’une réponse adaptée.

Retrouvez le discours du Président de la République prononcé lors du congrès en cliquant ici.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Interview publiée par La Nouvelle République

²
²
Retrouvez ci-dessous les liens vers les articles consacré à l’entretien que Jean-Marie Beffara a accordé à La Nouvelle République :

 

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Politique/n/Contenus/Articles/2015/11/09/Une-seule-Assemblee-pour-Jean-Marie-Beffara-2526068

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Politique/n/Contenus/Articles/2015/11/09/Une-seule-Assemblee-pour-Jean-Marie-Beffara-2526068