Médias

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Présentation des crédits de la mission « médias, livre et industries culturelles » en commission à l’Assemblée nationale

Jean-Marie Beffara a présenté mardi 8 novembre, dans le cadre du projet de loi de finances 2017, les crédits qui seront alloués l’an prochain à la mission « médias, livre et industries culturelles ». Retrouvez ci-dessous la vidéo de son intervention :


01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Rapport sur la chaîne publique d’information : intervention devant la commission des finances

Retrouvez ci-dessous l’intervention de Jean-Marie Beffara mercredi 13 juillet devant la commission des finances pour la présentation de son rapport sur la chaine publique d’information :

Le texte de son intervention est consultable ici (seul le prononcé fait foi).

 

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Présentation du rapport sur la chaîne publique d’information à l’Assemblée nationale

J’ai présenté ce matin mon rapport sur les enjeux et les financements de la nouvelle chaine d’information publique, « Franceinfo: », qui sera lancée le 1er septembre prochain
Projet ancien, une telle chaîne a failli voir le jour en 2002, ce chantier suscite beaucoup d’interrogations concernant son volet éditorial et son fonctionnement, sur son impact en matière managériale et sociale, sur ses conséquences sur les chaînes privées et sur la capacité pour l’audiovisuel public à financer ce projet au vu de l’état actuel de ses finances.

Son arrivée dans le paysage audiovisuel français vient ainsi corriger une anomalie qui faisait de la France le seul pays européen où le service public est absent de ce secteur pourtant primordial à la défense du pluralisme, à l’enrichissement du débat démocratique et où l’expertise et la spécificité du service public ont un rôle à jouer.

Projet commun à France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l’Institut national de l’audiovisuel (INA), cette chaîne se veut différenciante en matière de ligne éditoriale et de contenus, privilégiant l’information avec moins d’immédiateté et d’images en boucle, au profit du décryptage et de « modules » fournis par les partenaires. Ce partenariat inédit est une plus-value intéressante pour tous les travailleurs de l’audiovisuel public et pour le travail des plus de 4 000 journalistes des différents partenaires.

Les 213 postes crées constituent le principal des dépenses qui occasionneront un surcoût de 14 millions d’euros en rythme de croisière après redéploiement. Pour 2016, ces dépenses s’élèveront à 12,8 millions d’euros en 2016 pour France Télévisions et à 2,4 millions d’euros pour Radio France, sans qu’elles n’empêchent France Télévisions de respecter sa promesse de budget à l’équilibre en 2016 ni le respect du contrat d’objectifs et de moyens (COM) de Radio France.

Les auditions des autorités de tutelle, des dirigeants des groupes publics, des chaînes d‘information privées et des représentants du personnel de Radio France et France Télévisions m’ont ainsi conduit à proposer plusieurs recommandations :
1/ Renforcer la cohésion sociale au sein des groupes apparait essentiel dans une période marquée par les restrictions budgétaires et les restructurations : les négociations collectives sur les nouveaux métiers et la polyvalence doivent aboutir et des structures communes de dialogue réunissant les représentants du personnel doivent être mises en place.
2/ Un suivi consolidé du coût et des objectifs est indispensable pour la maîtrise des risques de dérapage des dépenses au cours de la mise en œuvre de la chaîne d’information.
3/ Les obligations déontologiques dans le traitement de l’information doivent être renforcées et incluses au cahier des charges de France Télévisions. Un traitement « éthique » de l’information doit en effet permettre d’incarner le label « service publique ».
4/La chaîne ARTE devrait âtre associée à la nouvelle chaine. Ses propositions de décryptage de l’information pour les plus jeunes, tel « Arte Journal Junior » pourraient compléter utilement l’offre.
5/ Enfin, les propositions faites lors de la mission d’information sur le financement public de l’audiovisuel me semblent toujours d’actualité : améliorer la prévisibilité de la ressource et renforcer la coordination entre les opérateurs de l’audiovisuel public doit s’accompagner de la modernisation de l’assiette de la CAP. Le passage d’un « impôt sur les téléviseurs » à une contribution sur tous les appareils permettant d’accéder au service public audiovisuel est indispensable pour pérenniser le financement du service public audiovisuel.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Mission d’information sur les enjeux et les financements de la nouvelle chaîne publique d’information

 

 

La commission des finances de l’Assemblée nationale a confié à Jean-Marie Beffara une mission d’information concernant les enjeux et les financements de la nouvelle chaîne publique d’information en continu.

Projet commun à France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l’Institut national de l’audiovisuel (INA), cette chaîne d’information publique sera lancée en septembre prochain.
Il s’agit d’un projet fort qui vise à apporter au domaine de l’information en continu, l’expertise et la spécificité du service public.

A l’heure des bouleversements induits par le numérique sur les usages et le modèle de financement de l’audiovisuel, ce beau projet représente un défi important qui doit apporter toutes les garanties nécessaires en terme de qualité et de soutenabilité financière. S’en assurer est le but de cette mission d’information.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Visite de l’Institut National de l’Audiovisuel

 

 

Jean-Marie Beffara a visité mardi 2 mars le site de Brye sur Marne de l’institut national de l’Audiovisuel (Ina) et rencontré son président Laurent Vallet.

L’Ina a en charge la sauvegarde et la transmission des archives audiovisuelles et est lancée dans la numérisation des millions de documents quelle possède. Parmi ses prochains défis figurent la collecte des données des sites web et faire découvrir au plus grand nombre notre patrimoine audiovisuel.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Présentation des crédits de la mission « médias, livre et industries culturelles »

Jean-Marie Beffara a présenté lundi 2 novembre son rapport sur les crédits de la mission « médias, livres et industries culturelles » dont il est le rapporteur spécial pour la commission des finances dans le cadre du projet de loi de finances 2016 :

 

Retrouvez le texte de son intervention en cliquant ici (seul le prononcé fait foi).

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Communiqué de presse – Amendement au Projet de loi de Finances 2016 concernant le financement de France Télévisions

Première traduction concrète du rapport d’information sur le financement public de l’audiovisuel

 

Jean-Marie Beffara se félicite de l’adoption de l’amendement présenté par le Gouvernement au cours de l’examen du projet de loi de finances 2016 concernant le financement de France Télévisions.

Cet amendement qui reprend les objectifs de ceux déposés initialement par Jean-Marie Beffara, attribue une part plus importante de la taxe sur les opérateurs de communication électronique (TOCE) à France Télévisions. Il sécurise ainsi le financement de tous les opérateurs audiovisuels publics. L’augmentation de 25 millions des crédits alloués à France Télévisions permet d’envisager un rapide retour à l’équilibre des comptes du premier acteur de l’audiovisuel public français, France Télévisions s’étant par ailleurs engagé à réaliser 25 millions d’euros d’économies complémentaires.

Cet amendement est une première traduction concrète des conclusions du rapport de la mission d’information sur le financement public de l’audiovisuel dont Jean-Marie Beffara a mené les travaux en tant que rapporteur.

En effet, le rapport propose d’adapter le financement des groupes audiovisuels publics pour mieux répondre aux évolutions technologiques et à la modification des usages.

L’évolution de l’assiette de la contribution à l’audiovisuel public et l’augmentation des ressources propres à travers l’évolution des rapports entre producteurs, diffuseurs et distributeurs constituent les futurs chantiers à mener pour adapter les groupes audiovisuels publics aux défis du 21ème siècle.

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Intervention en commission des finances – rapport sur le financement public de l’audiovisuel

Jean-Marie Beffara a présenté mercredi 30 septembre son rapport sur le financement public de l’audiovisuel en France à la commission des finances de l’Assemblée nationale :


 

 

Le rapport complet est consultable en cliquant ici.

 

 

01837482_photo_logo_de_l_assemblee_nationale-small480

Présentation du rapport d’information sur le financement public de l’audiovisuel

Je présente aujourd’hui mon rapport relatif à la mission d’information sur le financement public de l’audiovisuel en France.

L’audiovisuel public constitue un patrimoine commun à tous les français et doit à ce titre assurer sa mission de service public avec sérieux et efficacité.

La révolution numérique a, en quelques années, bouleversé l’ensemble du secteur, des pratiques de consommation aux structures de marché. Cette métamorphose impacte grandement les acteurs publics qui doivent surmonter ces défis dans un contexte d’une économie française encore fragile et où le redressement des finances publiques est une exigence qui doit s’imposer à tous.

Je formule ainsi plusieurs propositions qui doivent amener à refonder le modèle économique de l’audiovisuel public, dans une perspective associant des ressources publiques sécurisées et prévisibles, des sources de recettes propres pérennes et renouvelées et un pilotage efficace des dépenses publiques dans un souci constant d’économies des coûts.

Parmi les propositions avancées, figure la rénovation de la contribution à l’audiovisuel public (CAP), qui doit s’adapter au mouvement irréversible que constitue la révolution numérique. En effet, le téléviseur n’a plus le monopole de la télévision. Pour la première fois, le taux d’équipement en téléviseurs de la population française a connu une baisse, passant de 98,1 % des foyers équipés en 2013 à 96,2 % en 2014. Il est donc proposé d’étendre l’assiette à tous les supports et d’instaurer un demi-tarif pour les jeunes redevables jusqu’à 24 ans non rattachés au foyer fiscal de leurs parents : cela correspond à une économie de 68 euros par an  pour un million de jeunes qui payent aujourd’hui la CAP à taux plein.

Cette réforme doit se faire à rendement constant, permettant ainsi de renforcer la stabilité des ressources publiques et la justice fiscale.

L’instabilité des recettes publicitaires, qui ne constituent plus une recette pérenne, prévisible et dynamique pour France Télévisions, doit faire l’objet d’un choix clair des autorités de tutelle, avec les impacts que l’on suppose sur la programmation qui demeure étroitement dépendante des exigences de son financement.

Enfin, la diversification des ressources propres doit être encouragée. Je formule ainsi plusieurs propositions sur la valorisation possible des investissements des diffuseurs qui aujourd’hui ne font état de très peu de « retour sur investissement ». Le développement la maîtrise des mandats de commercialisation ou l’assouplissement des obligations en faveur de la production indépendante représentent des opportunités de valorisation économique importantes pour tous les acteurs de l’audiovisuel.

Les évolutions dans le secteur audiovisuel sont naissantes mais inéluctables et placent l’audiovisuel public à la croisée des chemins. Ce rapport a une ambition globale visant à remplacer un financement incertain, imprévisible et peu pérenne par des ressources sécurisées, à la trajectoire dynamique et pilotées de manière efficace. Le tout en faveur d’un service public audiovisuel rénové et capable de s’imposer sur la scène internationale.

Retrouvez un résumé des propositions de mon rapport cliquant ici.

Retrouvez le texte de mon intervention en cliquant ici (seul le prononcé fait foi).

neuilly

Déplacement en Grande-Bretagne dans le cadre de la mission d’information sur le financement public de l’audiovisuel

 

 

Jean-Marie Beffara était en déplacement mercredi 10 juin en Grande-Bretagne dans le cadre de la mission d’information sur le financement public de l’audiovisuel.

Le système de financement de l’audiovisuel britannique a permis l’émergence d’une des plus grandes sociétés de production et de diffusion de programmes de radio-télévision du secteur public mondial : la BBC.

Le système britannique a fait ses preuves et a permis le développement d’un groupe à la réputation d’excellence culturelle mais qui est aujourd’hui, comme en France, confronté aux évolutions technologiques et aux bouleversements des usages.

Afin de mieux comprendre le fonctionnement du service public audiovisuel britannique, je me suis entretenu avec Ian Haythornwaite, Directeur financier de la BBC, Catherine Smadja, à la tête du département “special projects, finance and operations » et David Lain, « Finance Business Partner », qui m’ont fait découvrir les locaux londoniens du groupe.

J’ai ensuite déjeuné avec John Whittingdale, Ministre de la culture, des médias et des sports du Royaume-Uni. Ce déjeuner a été l’occasion de mieux comprendre le financement de l’audiovisuel public britannique et d’appréhender les changements à venir. La question de la contribution à l’audiovisuel public, de la publicité ou la participation des chaînes publiques dans les sociétés de production ont fait partie des sujets évoqués.

Ces rencontres permettent une mise en perspective du système français et apportent un éclairage important sur les propositions de modernisation qui pourront être faites à l’issue de la mission d’information. Les auditions se poursuivront dans les jours à venir dans ce but.