L’encadrement des activités spéculatives des banques sur les marchés de matières premières agricoles est entré en application depuis le 1er juillet dernier.

Adopté dans le cadre de la loi bancaire, ce dispositif donne de nouveaux pouvoirs à l’Autorité des marchés financiers (AMF). Cette dernière peut désormais imposer un plafond aux acteurs financiers sur le nombre de contrats passés sur une production. Ces derniers devront également, dans un souci de transparence, communiquer quotidiennement le détail de leurs positions à l’AMF qui les rendra publiques dans un rapport hebdomadaire.

Les marchés de matières premières agricoles, essentiels, se trouvent déstabilisés par des spéculateurs qui participent à la volatilité et à la hausse tendancielle des prix des denrées. Ces spéculations éloignent les marchés des réalités du terrain et pénalisent tous les acteurs, de l’agriculteur au consommateur.