Communiqué de presse

Hausse de la rémunération des diffuseurs de presse :

une décision pour le développement et la modernisation de la filière

 

Le Conseil supérieur des messageries de presse a adopté mardi 1er juillet un accord stratégique majeur pour l’avenir du secteur de la diffusion de la presse. Par cette  décision, éditeurs, messageries et diffuseurs sont entendus sur une augmentation de la rémunération des marchands de journaux.

Je tiens à saluer cette hausse prochaine des commissions perçues par les diffuseurs de presse : jusqu’ici parmi les plus faibles d’Europe, à quelque 17,7%, celles-ci seront désormais majorées de 2,5 points sur trois ans, pour atteindre jusqu’à 20,2% du prix des ventes.

Comme je le mentionnais à l’automne dernier dans mon rapport budgétaire pour la loi de finances pour 2014, la situation des diffuseurs de presse s’est dégradée ces dernières années et a amené de nombreux points de vente indépendants à fermer leurs portes. J’appelais également à une revalorisation de la rémunération, estimant que les marges consenties par les éditeurs apparaissaient insuffisantes.

Par le service commercial de proximité qu’ils proposent, essentiel au maintien de la vitalité de nos communes, les marchands de journaux demeurent des vecteurs centraux du développement de nos territoires. Afin de soutenir cette filière, de préserver son rôle social auprès des Français et de permettre un renouvellement générationnel de la profession, cet effort doit se poursuivre dans les années à venir.

Cette revalorisation de la rémunération des diffuseurs de presse doit être l’occasion de moderniser l’activité des journaux pour affronter les évolutions du secteur de la presse papier et proposer des services adaptés aux attentes des lecteurs, pour que la presse demeure un bien d’information public accessible à tous.