Ce soir, mon ami Frédéric Barbier vient de l’emporter dans la 4ème circonscription du Doubs. Cette victoire est serrée, très peu de voix le séparent du Front National, malgré un sursaut de participation.

Dans les jours qui viennent, une analyse plus fine des résultats devra être faite mais d’ores et déjà, il apparaît évident que le « ni-ni » de l’UMP ne constitue pas un rempart contre le vote Front National.

Cela présage par ailleurs de funestes alliances dans les exécutifs départementaux à l’issue des élections de mars prochain.

Les conséquences politiques de ce scrutin sont évidentes pour les élections départementales. Avec un FN crédité de 25% à 30% des voix et une droite en déshérence idéologique, les valeurs de justice sociale, d’émancipation des individus, d’égalité et de laïcité sont menacées. Et cela dès le premier tour du scrutin.

Depuis des mois les socialistes, leur premier secrétaire Fédéral et le Président du Conseil général ont cherché à rassembler toute la gauche. Notre conviction est que seule l’unité de la gauche permettra la victoire.

Les résultats du Doubs le confirment, tout se jouera le soir du premier tour. Dès lors, le rassemblement est une impérieuse nécessité pour faire vivre les valeurs de solidarité qui nous animent.

Depuis des années nous dirigeons avec les écologistes et le front de gauche la région et le département. La gauche unie a proposé aux habitants des politiques innovantes pour l’emploi, pour l’insertion, pour le développement durable et pour l’éducation. Depuis 2008, en Indre-et-Loire, c’est la gauche unie qui a supprimé l’obligation pour les petits-enfants de rembourser l’aide sociale attribuée à leurs grands-parents, c’est la gauche qui a renforcé la formation pour les bénéficiaires du RSA, c’est la gauche qui a développé les contrats de rivière et la protection des espaces naturels sensibles. Plus largement c’est encore la gauche qui a porté des visions alternatives en soutenant par exemple l’économie circulaire ou le tourisme social dans les politiques publiques régionales. Partout nous avons contractualisé nos politiques au grand jour et mis fin aux petits arrangements entre élus amis.

EELV et le Front de Gauche ont choisi la division plutôt que l’union. Je le regrette car cela favorise la droite et affaibli les valeurs qui nous rassemblent. Le Parti Socialiste en Indre et Loire se divise sur quelques cantons. Dans un tel contexte, cette attitude est irresponsable et nous devons être unitaires pour tous. Cela doit cesser parce que cela nous conduit à l’échec.

L’unité est encore possible. Au sein du parti socialiste, en évitant les querelles picrocholines et les divisions sur les cantons. Partout en assumant pour trois et à trois le bilan de la majorité départementale et en soutenant nos partenaires du précédent mandat.

J’en appelle à un véritable sursaut des socialistes tourangeaux et je demande une réunion d’urgence entre les parlementaires, la direction fédérale et l’ensemble des élus socialistes de l’Indre-et-Loire pour éviter à notre département le triple échec qui s’annonce. L’échec politique en donnant à la droite et à l’extrême-droite la possibilité de gagner sans combattre, l’échec idéologique en étant sanctionnés alors que notre bilan est bon, l’échec démocratique en prenant le risque d’enfermer les tourangeaux dans des duels droite -extrême droite dans la plupart des cantons.